L'Alpage de MOIRY est né en 1956 (texte de Charly Abbé). Le barrage érigé dans le vallon qui porte le même nom a partiellement englouti les alpages de Château-Pré et de Torrent.

 

L'Alpage de Château-Pré se situait sur la rive droite de la Gougra, issu de la fusion entre les "montagnes" de Tsahélètt et de Praz. L'Alpage de Torrent, situé sur la rive gauche de la Gougra, était né il y a fort longtemps de la fusion entre les "montagnes" de Torrent et Vuibet.

            

Les forces motrices de la Gougra SA ont acheté les deux alpages. Elles sont toujours propriétaire du solde non inondé de Château-Pré.

La partie non-inondée de Torrent a été acquise par la Commune de GRIMENTZ (Anniviers depuis 2009) en même temps qu'elle a acheté les propriétés d'Avoin sises au-dessus du village... où les paysans y affourageaient leur bétail de la fin novembre jusqu'au début janvier. Il y avaient sur ces "pochechions d'Avoing" une vingtaine de granges-écuries et une septantaine de bovins qui étaient abreuvés deux fois par jour sur quatre points d'eau.

 

La Municipalité de GRIMENTZ créa sur les "pochechions d'Avoing" l'alpage du bas alors que le solde de Torrent devint l'alpage du haut. La grande majorité des gens de GRIMENTZ estivaient son bétail à Torrent. Quelques familles seulement alpaient à Château-Pré. Pour ne froisser personne, la fusion des deux alpages fut donc baptisée MOIRY (c'est le nom du vallon tout entier). Pour les anciens, Torrent reste toutefois la référence (c'est là que le bétail y passe plus du 3/4 de son temps).

 

Quelques renseignements locaux

Moraine, du savoyard morêna; morache, morachon ou morasse : marais, endroits humides; mortine : eau morte. Morteys : lieux où, selon certaines croyances, les morts allaient faire pénitence. Dans la vallée, il n'était pas question de Moiry; en patois on disait, au pluriel: "Là Mau-èrè", qui voulait dire les Mory. Mau-retta (petit Moiry), Tzahé (château) et Praz (pré) ont donné Château-Pré, alpage sur la rive droite.

MOIRY aurait peut-être son origine dans le mot "Maure" (les Maures d'Afrique) qui serait interprété comme voulant dire "noir". Le nom de MOIRY est également en relation avec 3 marécages de terre noire successifs situés sur des replats où l'herbe pousse de couleur foncée et luisante. Dans le même origine, il y a aussi MORETTE (en aval du barrage) qui voudrait dire "petit MOIRY". C'est là que le jeune bétail est inalpé.

 

L'Alpage de MOIRY a été emménagé de manière moderne à Avoin et Torrent pour environ 180 vaches (actuellement une centaine).

Il existe également 2 locaux de fabrication du fromage et 2 logements pour les personnel. L'Alpage de MOIRY fait la fierté de ses alpants ... car il semble que l'herbe y est vraiment plus verte qu'ailleurs (sécheresse et chaleur y sont inconnues). Les vaches de la race d'Hérens ont longtemps été les seules à fouler l'herbe de MOIRY. Depuis une vingtaine d'années, d'autres races viennent toutefois se mêler au troupeau... mais la passion des reines a largement le dessus. Devenir le propriétaire de la reine à corne et un rêve et une fierté pour chaque éleveur.

 

Avant 1956, il n'y avait pas d'étable à Torrent pour y loger le bétail. A une altitude moyenne de 2500m, la neige et le froid y sévissent parfois sévèrement. Les bergers étaient logés dans les "tsijieré", à savoir de petits chalets en pierre qui servaient de logement et de fromagerie. Il y avait une quinzaine de "tsijieré" sur l'alpe de Torrent. En principe, elles n'étaient pas toutes utilisées durant la même année... mais en alternance pour des motifs de commodité et surtout de fumure. Aujourd'hui, il ne reste plus que 9 "tsijieré" qui ont été rénovées et louées par des privés.

 

En 1816, la saison d'alpage aurait duré 3 semaines à Torrent et Château-Pré.

En 1948, le bétail de Torrent est descendu 3 fois au village à cause de la neige.

En 1964, l'Assemblée de l'alpage de MOIRY décide pour la première fois de prévoir une réserve de foin en cas de neige.

En 1970,le troupeau de MOIRY abandonna la prairie d'Avoin qui fut exploitée par le Consortage de l'alpage du Marais. Le bétail de MOIRY fut dès lors inalpé directement à la "montagne" de Torrent.

En 1972, dans le protocole de la Sination (assemblée des alpants domicilés à Grimentz), il est fait pour la première fois mention du nom de la reine à corne et de la reine à lait de l'année précédente = 1971 (avec le nom des propriétaires)

En 1974, l'inalpe eut lieu le 29 juin, il neigea 30cm durant le temps de midi. La désalpe se déroula le 22 septembre par 60cm de neige. Durant l'automne, Robert Rouvinez ne pu faire paître ses vaches que durant 5 heures au total. Le printemps suivant (en 1975), il y avait 170cm de neige le 17 avril sur les toits de GRIMENTZ. L'Inalpe à Torrent eut lieu seulement le 10 juillet et la désalpe le 26 septembre.

En 1980, l'inalpe eut lieu seulement le 23 juillet en raison du manque d'herbe.

En 1981, les étables de Torrent furent complètement rasées par le souffle de l'avalanche venue de Panlèva-Mottablantze.

En 1982, la commune de Grimentz décida la ré-installation du troupeau de MOIRY à l'alpage d'Avoin. Un nouveau poyo fut inauguré pour améliorer la qualité des combats de l'inalpeEEn

En 2015, la fromagerie et la cave ont été entièrement rénovées. C'est là que les "plus hauts" fromages de Suisse sont fabriqués !

 

Texte écrit par Jules Zufferey (1930-2004)