ACE

HISTORIQUE        ESPACE ELEVEURS     RECHERCHE D'ANIMAUX A AUAUTRES ALPAGES

 

Le classement se fait de la manière suivante : les vaches choisissent elles-mêmes leurs adversaires successives et arrêtent le combat dès que la vaincue se détourne. Celle qui a gagné s’en va affronter une autre. Il n' y a pas forcément lutte quand deux vaches se rencontrent. Cela n'empêche pas qu'une hiérarchie se construise. Quand une vache gagne ou chasse toutes les autres, elle est alors reine de son troupeau. Il n'est pas rare qu'un troupeau n'ait pas de reine puisque aucune vache n'a été capable de vaincre toutes ses congénères. La suite du classement se fait dans la même logique et les connaisseurs sont capables de discerner celle qui perd contre 2,3,4 ou plus de bêtes.

Il existe deux sortes de reines. A l'instar du cyclisme, il y a les classiques d'un jour (les matchs) et les grands tours (les saisons d'alpage de 80 à 100 jours). Rares sont les les vaches capables de briller dans les deux disciplines car leurs propriétaires se fixent des objectifs annuels qui imposent une spécialisation toujours plus grande. Dans les matchs qui ont souvent lieu au printemps et en automne, il faut une forme du jour impeccable et une certaine dose de chance pour enlever le titre. Les vaches sont emmenées par groupes, répartis en fonction de l’âge ou du poids, sur une aire gazonnée, relativement plate. A l'alpage, il y a le prologue (inalpe) ... mais il faut tenir toute la saison d'été. Seul le rang au jour de l'arrivée (désalpe) fait foi. Il peut arriver que la reine du 1er jour soit détrônée alors qu'une autre vache remonte au classement en fin de saison seulement. La hiérarchie y est constamment en évolution et sur un troupeau de 100 vaches, il n'est pas rare de comptabiliser 10 luttes par jour ... ce qui fait un total de 800 à 1000 luttes par été.

Pour une majorité d'éleveurs, un titre de reine d'alpage a plus de valeur qu'un titre de reine de match.